Est-il légal de cultiver du cannabis en Italie ?

Est-il légal de cultiver du cannabis en Italie ?

 

L'Italie s'est remise à cultiver Chanvre, depuis quelques années nous accompagnons le retour à la culture de Cannabis sativa à des fins thérapeutiques ou industrielles. Quelles autorisations sont nécessaires pour cultiver ? Que faut-il faire pour démarrer une culture, conformément à la loi ? 

THC et CBD. Loi 242/2016 et circulaire du Ministère

La culture du chanvre est réglementée par les normes contenues dans Loi 242 de 2016 et est entré en vigueur le 14 janvier 2017. Par le circulaire publiée le 23 mai 2018 par le ministère de la politique agricole, les règlements ont été clarifiés avec lesquels les normes contenues dans la loi 242 doivent être mises en œuvre.

A ce jour, en Italie, il est possible de cultiver des plants de chanvre avec un taux de THC (tétrahydrocannabinol) inférieur à 0,2% avec une niveau de tolérance jusqu'à 0,6%. L'agriculteur n'a aucune responsabilité si les plantes dépassent 0,2% de THC, alors qu'il le fait dans le cas où elles dépassent 0,6%, comme expliqué dans article 4, virgule 5 de la loi 242.

Si cette limite est également dépassée, les plantes seront saisies et détruites. Règlement (UE) n°1122/2009 et plus précisément l'annexe I (p. 105) de ce règlement, a régi la méthode de détermination du THC dans les cultures. La circulaire ministérielle est, avec la loi 242/2016, la référence pour suivre correctement les règles de culture.

Quelles graines peut-on planter ?

Il est obligatoire de sélectionner les semences incluses dans le Directive 2002/53 de l'Union européenne, dans lequel se trouve le Catalogue commun des variétés d'espèces végétales agricoles.

Ceci est une liste de 52 variétés de semences autorisées, les seuls utilisables au premier semis et tous les suivants.

Comme expliqué par article 7 de la loi 242, il est totalement interdit d'utiliser des semences autoproduites. La grande nouveauté de la loi 242 est qu'une autorisation n'est pas nécessaire pour le semis de variétés de chanvre certifiées avec une teneur en THC inférieure aux limites autorisées par la loi. 

Ainsi, pour le moment, ni une notification aux forces de l'ordre n'est nécessaire, ni aucune autorisation spécifique, contrairement aux dispositions d'il y a quelques années. Une fois les semences achetées, il est obligatoire de conserver pendant au moins un an les étiquettes d'information y afférentes, indiquant leur origine et leur qualité. Il est également nécessaire de conserver la facture.

Les plantations peuvent faire l'objet d'un contrôle qui doit toujours être exécuté en présence de l'agriculteur. En outre, la partie contrôlante doit toujours remettre un échantillon prélevé sur le propriétaire de la plantation au cas où il souhaite effectuer des contre-analyses.

L'équipe de Département des forêts d'État est l'organisme habilité à effectuer les contrôles, y compris la collecte et les analyses de laboratoire sur les cultures de chanvre.

Les objectifs d'une loi

L'objectif de la loi 242 et les informations détaillées de la circulaire ministérielle est, en effet, de soutenir et de promouvoir la culture et la chaîne de production du chanvre, étant une culture capable de contribuer à la réduction de l'impact environnemental de l'agriculture, à la réduction des la consommation des sols, la désertification et la perte de biodiversité, ainsi que comme culture de rotation. La perspective est celle d'une relance de la production de chanvre dans notre pays.

Jusqu'au milieu du XX° siècle, l'Italie était le premier producteur de chanvre en Europe. L'usine était principalement utilisée par l'industrie textile. Après des décennies, nous assistons maintenant à un nouveau boom des cultures de chanvre, qui ont enfin un cadre réglementaire.

0 commentaires

Écrire un commentaire

Les commentaires sont modérés